DESSINS ANIMES

Cinéma d'animation

Du rythme donné à des images

 

Le dessin animé a un fort pouvoir de séduction. Souvent, les images sont saturées mettant en évidence les particularités d’un produit. Les clips vidéo obtenus sont souvent ludiques et permettent d’affirmer une communication qui correspond à une stratégie commerciale réfléchie en amont. Grâce à l’informatique, il est dorénavant possible de créer un dessin animé ainsi que son fond sonore. Cette technologie est bien souvent « impactante ».

 

Le dessin animé permet de créer des histoires à raconter à vos clients et à vos prospects. La création de monde impossible, voire improbable, permet de faire passer les messages sur les produits et des services que propose l’entreprise.

Générique de présentation de l'Internet pour les collégiens

Histoire et technique

 

Le dessin animé ou le cinéma d’animation doit ses origines, entre autres, à Norman McLaren. En effet, il a expérimenté de nombreuses techniques comme le grattage de la pellicule. Ainsi il dessinait un motif différent sur chaque image de la pellicule en utilisant la technique du grattage avec un outil tranchant. Dans certaines réalisations, il utilisait la couleur. Il a également expérimenté la technique qui se nomme la « pixilation ». Il s’agit, par exemple, de prendre des êtres humains ou des objets en les filmant image par image. Ainsi nous imaginerons facilement un personnage glissant sur le sol poursuivi par une boîte en carton rectangulaire. Norman McLaren n’a cessé de faire évoluer ces techniques. Puis est arrivé le temps de Walt Disney et de Tex Avery. La société Hanna Barbara produit toutes sortes de dessins animés pendant près de 40 ans.

 

Donner la vie

 

Le dessin animé consiste à donner l’illusion de la vie ou du mouvement à l’aide de dessins représentant les différentes phases d’un mouvement. Chaque dessin est représenté sur une feuille transparente d’acétate de cellulose. Le principe consiste à ne pas redessiner les parties fixes de l’image. Sur les feuilles de « celluloïd », les traits sont encrés sur le dessus et la peinture est appliquée par derrière. Juxtaposés avec un décor il suffit de remplacer une feuille par une autre. La caméra est montée sur un « statif » de reproduction, celle-ci devient stable. Selon le mouvement à obtenir le cameraman prend une deux ou trois images du même dessin. Le système d’éclairage réparti à gauche et à droite assure une prise de vue avec une uniformité dans l’éclairage.

 

Avec l’arrivée de l’informatique, le cinéma d’animation s’est simplifié non pas dans la création graphique, mais dans l’immédiateté de la vérification de sa création.

Animation en image de synthèse des tableaux des artistes de Poitou-Charentes

Cinéma d’animation à l’aide d’un ordinateur

 

Il existe plusieurs formes d’animation réalisée à l’ordinateur. Par exemple, l’image vectorielle utilise le morphing. Le morphing est une technique d’animation où l’ordinateur calcule les images intermédiaires entre deux positions clefs. Pour prendre un exemple simple, imaginons une voiture qui se déplace de la gauche vers la droite et dont les roues tournent. L’animateur positionnera une image clef de la voiture à gauche puis une autre image clef de la voiture à droite et l’ordinateur calculera les intermédiaires. En ce qui concerne les roues il suffira d’utiliser une rotation des roues grâce à un outil spécifique.

 

Il est possible d’utiliser toutes sortes de courbes de gestion du mouvement telles que l’accélération ou la décélération afin d’humaniser l’interpolation entre deux images clefs. Cette technique permet de réaliser des animations rapidement. Un personnage qui marche nécessite la réalisation d’environ 12 dessins (en fonction du type de démarche). Cette technique est donc beaucoup plus longue. Les dessins animés sont souvent la combinaison de ces deux systèmes.

 

L’animation en images de synthèse 3D utilise, à l’instar de l’animation vectorielle, des systèmes d’images clefs et la création d’un ou plusieurs axes placés à l’intérieur des différentes formes pour modifier l’aspect du volume (humains ou objets). Ces axes s’appellent des « Bones ».

 

Les possibilités offertes par l’animation en images de synthèse sont souvent plus réalistes, mais demandent un travail important au niveau de l’éclairage, de la position des caméras et de la texturisation des objets.

 

La technique utilisée dépend essentiellement du résultat à obtenir. Le contraste obtenu par le dessin permet de fixer plus facilement l’essentiel de la communication. L’image de synthèse mêlée à de l’image réelle permet des résultats des plus surprenants. L’hyperréalisme voire le surréalisme obtenu permet d’agir sur des leviers de communication.

 

Tous les projets sont possibles, n’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations afin de pouvoir vous proposer des idées, des concepts avec une communication différente.

Bannière réalisée pour la campagne de communication RGE Poitou-Charentes.

PTLB Communication proche de votre entreprise :

Availles-Limouzine - Charroux - Châtellerault - Chauvigny - Civray - Couhé - Dangé-Saint-Romain - Gençay - La Trimouille - La Villedieu-du-Clain - Lencloître - Les Trois-Moutiers - L'Isle-Jourdain - Loudun - Lusignan - Lussac-les-Châteaux - Mirebeau - Moncontour - Montmorillon - Monts-sur-Guesnes - Neuville-de-Poitou - Pleumartin - Poitiers - Saint-Georges-lès-Baillargeaux - Saint-Gervais-les-Trois-Clochers - Saint-Julien-l'Ars - Saint-Savin - Vivonne - Vouillé - Vouneuil-sur-Vienne.

PTLB-Communication

1, rue de l'abreuvoir

86000 Poitiers

Téléphone : 05 49 42 52 53

Portable : 06 19 62 02 75

 

Code NAF : 9003 B

Siret : 350 928 040 000 38

 

1, rue de l'abreuvoir - 86000 Poitiers - Téléphone : 05 49 42 52 53 - Portable : 06 19 62 02 75

Code NAF : 9003 B - Siret : 350 928 040 000 38

1, rue de l'abreuvoir - 86000 Poitiers

Téléphone : 05 49 42 52 53 - Portable : 06 19 62 02 75

Code NAF : 9003 B - Siret : 350 928 040 000 38